Il était une fois... we rando bivouac

Publié le par Caro

Et voilà ! Le we rando bivouac est derrière nous ! Qu'est-ce que c'était bien !
Le we a débuté tôt, samedi matin, sous une pluie fine mais régulière et dense. Certains ont douté du maintien de la randonnée, d'autres ont annulé (3 cavaliers seulement sur 16 inscrits !) Bravo les enfants et les parents: les uns ont su faire confiance aux organisateurs et aux participants ainsi qu'à leurs enfants qui ont su convaincre leurs parents. Et en effet, c'est important de le souligner, mais une randonnée sous la pluie a son charme et ses avantages: un temps brumeux où l'on se sent prêt à croiser la fée Morgane, un silence mouillé, une senteur d'humus odorant, un contact du cheval avec la terre plus moelleux, plus glissant, plus délicat. C'est aussi une organisation différente, on s'habille plus chaudement, on se protège, on enfile les capes de pluie comme les immenses ponchos (qui peuvent faire détaler un cheval apeuré au grand galop ! mais ça n'est pas arrivé.. ouf..) On se hâte plus calmement car un peu moins excité que s'il faisait un soleil radieux. Mais on y va !
On revient trempé, fatigué, découragé au point de ne plus vouloir repartir. Et qui retrouve t-on au départ de la randonnée de l'après-midi ? Tous les courageux du matin qui ont bravé la forêt du Bergons et qui, requinqués après un bon repas à la chaleur de la ferme équestre, ne laisseraient leur place pour rien au monde afin d'aller voir du côté de ce fameux saut du procureur et du futur parcours de TREC dans les bois du Balandrau. Surtout que la pluie cède du terrain, que le ciel se troue de quelques percées et que le sourire est toujours bien présent sur toutes les lèvres. L'humour et la bonne humeur sont au rendez-vous en ce début d'après-midi.
Pendant ce temps la ferme équestre est prise d'assaut par Christine, Yves, Sabine, Laurence, Caroline... Les tables et chaises réquisitionnées, la banderole installée, les salades préparées, la purée en cuisson, le fromage (du val d'Azun s'il vous plait) tranché, le vin tiré, l'apéritif bu... STOP ! (je m'emballe...) Nous n'en sommes qu'à la préparation qui est, croyez le, très consciencieuse et efficace. Enfin tout est prêt pour le pot et le repas du soir.   
Le foin est rentré, les boxes prêts à accueillir paille et cavaliers (c'est le monde à l'envers !), les randonneurs revenus de leur ballade (ils avaient toujours autant le sourire), les cavaliers du dimanche arrivés pour festoyer et (ne pas) dormir dans la paille.
Les gosiers sont secs, les parents sont là, il est temps de vivre quelques beaux moments d'émotion, de rire, de partage. Tiphaine aimerait faire un discours pour remercier toutes les personnes qui l'ont accompagnée durant cette année au Bourdalat, on sait que Tiphaine est une grande pipelette, on s'attend à ce qu'elle monopolise l'attention pendant au moins... 20 minutes, avec force fou rires et belles grimaces. Et ben nada ! Les mots qui devaient se bousculer au portillon bloquent au niveau de la gorge, comment dire... comme si le galop du babil habituel était stoppé net à la façon d'un sliding stop (photo). Et voilà Tiphaine sans voix (on saura comment la faire taire la prochaine fois qu'elle reviendra nous voir)... le rire est communicatif, le silence aussi !!! L'émotion plane dans la salle, beaucoup ont une petite larme à l'oeil, les enfants commencent à fondre les uns après les autres... Et Pierrot arrive enfin, tel un héros sur son cheval blanc, pour remercier chaleureusement Tiphaine qui aura durant ces quelques mois imprimé les esprits et les coeurs des petits et grands cavaliers et de ceux qui l'ont approchée. Pendant que les larmes des enfants menacent de faire déborder le gave, Tiphaine ouvre ses multiples cadeaux qui rivalisent d'originalité et de personnalité. Bravo les enfants !
Tiphaine (encore) offre alors à Jean-Michel, son complice de tous les jours (ouvrables), un cadeau qu'elle a mis au point avec l'aide et la complicité de l'équipe du Bourdalat : la révélation au public de la beauté de JM qui a enfin quitté son chapeau ! Ou qui plutôt s'est fait embarquer son chapeau ! T'as pas tenu les rênes Jean-Mi, tu t'es fait avoir ! Mais maintenant tout le monde saura pourquoi tu as refusé de monter faire une carrière de mannequin à Paris... tu aimais trop ton chapeau !
Après les embrassades, les remerciements, les promesses de revenir, de repartir en ballade, les élaborations de nouveaux projets, les uns repartent chez eux, les autres restent pour continuer à festoyer en partageant un repas bien garni : salade mixte, grillades en tout genre, purée maison Bourdalat, haricots Tarbais façon Jean-Mi (ça promet pour la nuit !), fromage du pays, tourtes régionales en dessert... Ca discute, ça rigole, ça cuisine, ça fait du bruit, ça filme, ça photographie, ça re-rigole, ça discute toujours... Que de vie et de partage !
   
Progressivement les plus fatigués nous quittent. La musique fait son apparition, la gesticulite aussi, les jambes se mettent en mouvement, les hanches suivent puis le dos et la tête se met à osciller d'avant en arrière, de droite à gauche... la danse est là ! Chacun y va de son petit numéro, Louis pousse un beau brin de chansonnette, Florian montre ses talents de country, Tiphaine fait preuve d'une extrême souplesse dans un déhanché endiablé, Manon entraîne un groupe de danseurs attentifs à la chorégraphie (la chute n'en faisait pas partie...) Loin d'être fatigué par les randonnées de la journée, tout ce petit monde fait une fête d'enfer.
A partir de 2h du matin, quelques grappes éparses d'enfants ivres de fatigue regagnent les écuries pour une courte nuit. Chacun trouve sa place, les uns serrés entre eux, les autres avec les chatons de Mimine, d'autres encore en étoile, la tête au centre, des rangs d'oignons dans un autre box. Au total nous occupons 5 boxes, avec 25 enfants et 5 adultes pour monter la garde (nous n'avons pas beaucoup dormi, ça je peux vous le confirmer !), avec Cali et Drop qui tousse régulièrement nous maintenant dans un sommeil tout relatif. Mais même si la fatigue est là, quel plaisir de partager ces petits moments hors du commun ! Leur rareté leur donne cette importance et cette richesse. En espérant que ce fut pour tous un beau souvenir à garder dans un petit coin de la tête. Le soleil nous cueille au petit matin, après un réveil au son d'une grelottière (merci Jean-Mi mais c'est Tiphaine la première levée: 6h45 !), les yeux restent un peu collés, tout est sens dessus dessous. Jean-Mi est pris en flagrant délit d'habillage après un réveil plutôt : histoire du troisième type venu d'un autre monde. Tiphaine, toujours aussi surprenante, part dans un rock furieux ce qui achève de donner le peps à tous.
      
Puis le troupeau de mines défaites se rassemble pour un calme petit-déjeuner. La journée semble plus clémente qu'hier. Les chevaux reviennent du bois, chacun s'occupe du sien, tout le monde est fin prêt pour une belle randonnée en boucle avec pique-nique improvisé au col de Couraduque. Le groupe est rejoint en voiture par Christine, Yves et Caroline qui ne veulent pas rater une miette de cette journée et cherchent à prolonger le plaisir.
 
Malgré le soleil, la fatigue se fait sentir, le groupe est éteint, l'énergie s'est vidée dans les derniers chuchotements du petit matin aux écuries. Chacun est dans ses pensées, a du mal à respecter la cadence de la file de chevaux qui s'étire en jouant de l'accordéon. Puis la pluie refait son apparition, les ponchos aussi. Caroline cherche parfois à réveiller le groupe mais... peine perdu. Nous ne sommes pas de la même génération, nous n'avons pas les mêmes références et mes souvenirs sont loin, trop loin pour me rappeler de toutes les paroles. Bah, nous reviendrons... avec plus d'énergie, plus de soleil, un répertoire de chansons plus varié débouchant alors sur plus de complicité, plus de rires... après avoir un peu plus dormi !
Les grandes premières servent de base pour peaufiner les suivantes. Les membres de Chevalandrau et l'équipe du Bourdalat vont mettre à profit cette première expérience pour améliorer et proposer des sorties et manifestations toujours autant festives, équestres et créatrices de plaisir et de joie. Alors à bientôt, et que le récit de ce fabuleux we achève de convaincre les indécis et encourage ceux qui hésitent, à venir nous rejoindre.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soniia 30/05/2007 20:44

HellO !  bOn bon, je n'était pas là pour cette journée mais elle avait l'air GénialE ^^ Voilà voilà , bOnne continuatiOn du blOg !
PS: HiHi !!! 1er com de l'article ^^